l’UD FO reçue en Préfecture le 22 février 2010

, par udfo52

Le 22 février 2010 M. PREVOT, préfet de Haute-Marne depuis 8 mois, a reçu à sa demande une délégation de l’union départementale FORCE OUVRIERE pour faire le point sur le contexte économique.

La secrétaire générale, Dominique Perchet, conduisait la délégation qui a été reçue par M. le Préfet et Mme la directrice du travail et de l’emploi.

Les sujets d’ordre général suivants ont été abordés :
- la qualité du dialogue social qui se dégrade, notamment dans les entreprises de la métallurgie ;
- les problèmes de pouvoir d’achat et d’emploi qui s’aggravent dans le département ;
- la difficulté à obtenir des renseignements sur les aides diverses attribuées aux entreprises ;
- l’exonération de la taxe professionnelle qui permettra, pour certaines entreprises, de libérer des fonds (qui pourraient être redistribués aux salariés par exemple) ;
- le fonctionnement et le rôle des CHSCT qui ne sont pas respectés (Mme la directrice du travail et de l’emploi a reconnu que ses services avaient déserté ce champ d’activités faute d’effectif. Elle nous a promis qu’avec l’affectation au 1er mars prochain de 4 inspecteurs du travail, la situation allait s’améliorer) ;
-  le fonctionnement des comités techniques paritaires des directions départementales placées sous les ordres du Préfet et l’affectation de l’ancien directeur des services vétérinaires ;
- le non respect des procédures dans les commissions partiaires et le comité technique paritaire du centre de gestion des collectivités territoriales. Les maires prennent souvent des décisions (temps de travail, suppression de poste, sanction disciplinaire...) avant l’avis des instances paritaires.

La délégation a poursuivi son intervention avec les dossiers plus spécifiques tels que :
- les problèmes des ex salariés d’Isoroy qui ont été retenus après entretien par l’entreprise FRAULI qui doit s’installer sur le site d’Isoroy. En effet, depuis le mois de novembre ils n’ont plus de nouvelle de l’entrepreneur. Ils refusent des offres d’emploi dans l’espoir d’être embauchés rapidement ou la cellule de reclassement leur refuse des formations pour la même raison. Le Préfet nous a confirmé qu’il s’agissait d’un problème de financement qui n’est pas encore bouclé. Cela va prendre du temps ;
- les craintes des salariés d’Arcelor Mittal de Marnaval et de Manois à la suite de la décision d’installer la future décaperie à Commercy. Les élus locaux, M. Cornut Gentil et M. Canova, se sont faits endormir par d’autres politiques et hauts fonctionnaires. C’est M. Longuet qui finalement l’a emporté dans cette guerre des territoires ;
- les mutations successives des salariés de GHM de Wassy qui sont partis sur Sommevoire afin de préserver leur emploi et qui sont amenés à revenir à Wassy au gré des flux des commandes ;
- le rachat total par Caterpillar de l’entreprise Eurenov et la délocalisation en Pologne d’un atelier. Le devenir de cette entreprise est inquiétant ;
- la situation des hôpitaux ruraux tels que ceux de Joinville et Wassy que la nouvelle réglementation budgétaire met en danger et risque de conduire à des suppressions importantes de postes ;
- le groupement médical de cancérologie (entre les hôpitaux et les cliniques de Chaumont et Langres) qui ne fonctionne pas car les médecins ne jouent pas le jeu ;
- le projet de construction d’une nouvelle maison de retraite à Langres qui est arrêté depuis un an et que rien ne vient remplacer pour le moment. (M. le Préfet nous a dit attendre les résultats d’enquête sur la sécurité et la qualité d’accueil des patients dans la maison de retraite actuelle pour s’assurer que la sécurité et la dignité des personnes âgées accueillies soient réelles.) ;
- les problèmes avec Pôle Emploi qui convoquent les salariés des environs de Chaumont à Saint-Dizier. Selon la directrice du travail, il s’agit de salariés ayant signé des contrats de transition professionnelle (CTP) dont le 1er rendez-vous était réalisé par Pôle Emploi de St-Dizier.

Enfin, la secrétaire générale a évoqué
- le projet de construction d’un canal grand gabarit Saône-Moselle qui, bizarrement, n’était pas connu des élus haut-marnais alors que le maire de Marseille, les élus de la Région Rhône-Alpes, de Bourgogne, de Lorraine..., les "verts" sont, eux, bien au courant. Ce secret de polichinel s’étale sur le web ;
- le devenir du 61ème RA de Semoutiers. Selon M. le Préfet, la disparition de ce régiment n’est pas à l’ordre du jour (M. Chatel, pourtant, n’a pas caché que le maintien du 61ème RA n’était pas gagné. En effet, c’est le régiment de Côte d’Or qui a été retenu pour être une base de défense. Mais, il a toujours l’espoir de conclure l’accord du siècle avec Thalès... ! L’espoir fait vivre. Les salariés haut-marnais le savent bien).

Bref, un échange cordial de 2 heures sans grand espoir pour les salariés haut-marnais.