SERVICES PUBLICS HAUT-MARNAIS : RIEN NE VA PLUS !

, par udfo52

Le 23 octobre 2012, les militants FO se sont réunient à la salle Niederberger de Chaumont pour mesurer les effets dévastateurs des politiques d’austérité sur les services publics haut-marnais. Un seul constat : RIEN NE VA PLUS !

A la centaine de militants de l’Union Départementale FO 52 du public et du privé, réunis le 23 octobre 2012 pour faire la mise à jour du livre noir de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) et de Loi Hôpital-Patient-Santé-Territoire, s’étaient joints Pascal Pavageau (secrétaire confédéral chargé du secteur économique), Didier Bernus (secrétaire général de la Fédération FO des services publics et de santé) et Christian Grolier (secrétaire général de la Fédération Générale des Fonctionnaires FO).

(de gauche à droite) Dominique Perchet, Pascal Pavageau, Didier Bernus et Christian Grolier.

Les interventions successives à la tribune ont complété le bilan dressé par Dominique Perchet, secrétaire générale de l’UD FO 52, et illustré de façon souvent émouvante la détérioration des services publics haut-marnais.

Sadrine ROUSSEL - Groupement Départemental Santé

Sandrine ROUSSEL - Secrétaire du Groupement Départemental Santé

Stéphane COLLIN - Hôpital de Saint-Dizier

Stéphane COLLIN - Secrétaire du Syndicat FO de l’hôpital de Saint-Dizier

Gérard BEDET - Secrétaire du Syndicat FO de l’EHPAD de Wassy

Sébastien CAILLIES - Secrétaire de la Section Fédérale FO 52 - Enseignement

Evelyne BOURG - Secrétaire de la Section FO COM 52 (La Poste)

Jean-Claude SUGNEAU - Syndicat FO DIR Est - CEI Bologne

Thierry GUILHORRE - Syndicat FO DIR Est - CEI Fayl Billot

Jérôme FORESTIER - Secrétaire Syndicat FO DDT52

Rachel SUGNEAU - Syndicat FO DGFIP (Finances Publiques)

Charlie PESCE - Secrétaire de l’Union Départementale FO des Retraités et secrétaire de l’Association FO des Consommateurs (AFOC)

Alors que dans notre département
- tous les indicateurs économiques et sociaux sont au rouge ;
- que les jeunes fuient le département ;
- que la population vieillissante exprime de plus en plus de besoins ;
- que les entreprises souffrent et peinent à conserver leur salariés les politiques publiques attaquent les fondements mêmes de notre république sociale.

Les rouleaux compresseurs de la RGPP et de la Loi HPST poursuivent leur route inexorablement. Et, il faut être aveugle (ou être né autruche) pour ne pas voir les effets dévastateurs que les politiques de rigueur engendrent, avec :

Pour les citoyens
- La déshumanisation des relations entre les usagers et leurs administrations ;
- L’éloignement des services publics ou l’abandon de missions ;
- La baisse de qualité du service rendu ;
- La mise en péril de la sécurité et de la santé publique ;
- La non-prise en compte des besoins de la population.

Pour les fonctionnaires et salariés de l’Etat
- Des pertes d’emplois ;
- La détérioration des conditions de travail ;
- La baisse du pouvoir d’achat ;
- La destruction des statuts.

Dans un département comme la Haute-Marne, nous avons besoins des services publics gérés dans le respect des principes d’égalité, de continuité et de proximité.

Afin de garantir l’égal accès de tous, en tout point du territoire, aux droits et biens essentiels, le service public doit se réaliser dans les meilleurs conditions d’impartialité, de neutralité, de sécurité, de qualité et d’efficacité.

A la différence du marché, qui a pour seul objet la recherche de profits privés, les services publics, eux, sont au cœur de la Républiques. Ils sont les garants de la cohésion sociale. Ils concourent à l’exercice des droits fondamentaux et à la lutte contre les inégalités.

Et si le service public fonctionne encore aujourd’hui, c’est grâce aux fonctionnaires et agents publics qui n’hésitent pas à continuer de s’investir selon leur engagement moral et professionnel pour ses valeurs, malgré les multiples attaques précitées et une réelle souffrance au travail pour beaucoup d’entre eux. Ils ont raison d’être fiers de leurs actions, de leurs missions et de leurs valeurs.

Le nouveau gouvernement a choisi lui aussi, comme dans les pays voisins, la voie de l’austérité et le carcan budgétaire. La baisse du déficit public est restée le fil rouge de la stratégie globale des finances publiques.

Nous faire croire que la France va échapper aux coupes sombres en suivant cette politique, c’est nous faire le coup de Tchernobyl !

Dans ce contexte extrêmement difficile pour les salariés et les retraités, la décentralisation à la carte, prônée à travers l’acte III de la réforme territoriale est particulièrement inquiétante.

Si elle était mise en œuvre, notre République serait transformée en un Etat fédéral de Régions aux responsabilités différentes, avec des droits différents. Elle remettrait en cause l’indivisibilité, la cohérence, l’unicité et donc l’égalité républicaine, c’est-à-dire l’égalité de droit des citoyens.

Livre noir de la RGPP en Haute-Marne (version 2012)