SEB : 180 salariés dans la "mouise"

, par udfo52

Le 5 septembre 2011, le tribunal de commerce doit examiner la situation de l’entreprise SEB. Les salariés s’organisent pour être présents devant les portes du tribunal et entendre la décision du président. En attendant, ils espèrent recueillir des informations sur un éventuel repreneur lors de la prochaine réunion du CE prévue vendredi 2 septembre 2011.

La dernière action médiatique des salariés de SEB afin de prouver qu’ils étaient déterminés à continuer à travailler pour d’éventuels repreneurs et qu’ils avaient confiance en ce qu’ils produisaient a été, selon l’UD FO, détournée au profit de la direction.

Cette même direction qui, contrairement à ses annonces de volonté de transparence,
- n’a jamais apporté d’arguments objectifs et concrets aux salariés et à leurs représentants pour les tenir informés de la situation réelle de l’entreprise ;
- a mis 18 jours pour accepter de renforcer ses contrôles à la demande des services vétérinaires. C’est seulement sous la contrainte préfectorale (fermeture administrative) qu’elle a cédé ;
- a fustigé Lidl en les accusant d’avoir depuis longtemps l’intention d’abandonner Seb pour Bigard et s’est mis maladroitement à dos la filière du hard discount ;
- a accusé les familles des victimes de légéreté en donnant soit-disant des biftecks hâchés saignants à des bébés ou en rompant la chaîne du froid.

FORCE OUVRIERE a demandé rendez-vous à la direction de Lidl France afin de connaître sa version des faits qu’elle pense obtenir dans quelques jours.

Quoi qu’il en soit, 180 salariés sont déjà dans la "mouise" par la négligence de leur direction qui a fait passer les profits de l’entreprise avant la santé publique.

L’UD FO sera présente aux côtés des salariés de SEB devant le tribunal de commerce.