PLAN SOCIAL DES BOTTES LE CHAMEAU : Mépris de la part du groupe Lafuma et interventions politiques tardives

, par udfo52

Vendredi 7 mai 2010 s’est tenu un comité central d’entreprise (CCE) sur le site de Châteauvillain.

Les grands patrons n’ont pas daigné se déranger. Par contre les partis politiques étaient présents. Et les salariés dans tout ça ?

Olivier Parisel, délégué syndical FO, était bien amer à la sortie de la réunion. Les délégataires des grands patrons sont arrivés avec des bouchons d’oreille pour mener un monologue que les représentants du personnel n’ont pu qu’écouter.

Malgré le fait que le cabinet d’expertise comptable n’ait pas encore pu rendre ses conclusions, la réunion n’a pas été reportée. Le plan social se déroule à grande vitesse.

Devant les salariés réunis et les habitants de Châteauvillain venus les soutenir, Olivier n’a pu qu’expliquer le mépris avec lequel les dirigeants du groupe LAFUMA les ont traités. "Le site de Châteauvillain est une verrue pour LAFUMA." rapporte-t-il. Le site est improductif et le taux d’absentéisme beaucoup trop élévé.

Ces arguments nous les entendons depuis des années. LAFUMA n’a pas le courage d’assumer sa politique de délocalisation et fait porter la responsablité aux salariés. Ces mêmes salariés qui ont donné leur santé à produire des bottes de luxe dans des conditions de travail qui n’ont pas cessé de se dégrader depuis 25 ans.

Et quand la secrétaire générale de l’Union Départementale FORCE OUVRIERE s’adresse à Mme le Maire de Châteauvillain en expliquant qu’en accusant les salariés de se mettre en arrêt maladie par fainéantise c’est accuser les médecins concernés de délivrer des certificats de complaisance, elle s’entend répondre que ces mêmes médecins ne peuvent pas refuser des arrêts maladie à des salariés qui viennent se plaindre d’un "soit-disant" mal de dos ou d’épaule ! Ce serait donc vrai : les salariés ne sont pas malades mais fainéants ! Ces propos n’engagent que leur auteur.

Mais, il faut bien l’avouer, le plus "beau" nous a été servi par les représentants des partis politiques venus soutenir les salariés et qui se sont livrés à une jouxte politique indécente.

En effet, la situation des Bottes Le Chameau de Châteauvillain est difficile depuis plusieurs années. Tous les 6 mois, l’UD FO allerte la presse et interpelle les services de l’Etat et les politiques. Nous n’avons jamais vu ces derniers réagir à l’exception de Mme Lavocat, maire de Châteauvillain.

Ce n’est pas quand la fermeture est officiellement annoncée, que le PSE est enclanché, qu’il faut venir proclamer qu’on va tout faire pour sauver le site !

Ce n’est pas quand on a fait dans sa culotte qu’il faut serrer les fesses !!