PLAN SOCIAL DEGUISE CHEZ FREUDENBERG (Langres)

, par udfo52

La situation économique de FREUDENBERG, à Langres, inquiète particulièrement les salariés. Un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) déguisé se profile. Le directeur essaie de rassurer les salariés. Mais ces derniers ne sont pas dupes. La tension monte en puissance. Un mouvement de grève est dans l’air.

Bruno Leconte (à droite) secrétaire du syndicat FO de Freudenberg entouré de militants FO.

Réorganisations successives avec mouvements de personnel, avenants aux contrats de travail, propositions de ruptures conventionnelles, départs à la retraite non remplacés,... autant de mesures annoncées par la direction pour traverser la crise économique dans les meilleures conditions en attendant la reprise... Quelle reprise ?

FO et les autres représentants syndicaux dénoncent un PSE déguisé et demandent à la direction, plutôt que de réduire la voilure, d’arrêter la délocalisation d’une partie de la production vers la Hongrie, voire d’en rapatrier sur Langres.

Les salariés veulent sauver leur outil de travail mais pas à n’importe quel prix.

Si, sous la pression des représentants syndicaux, le directeur s’est engagé à informer de l’évolution de la situation les membres élus du CE une fois, voire deux fois par mois, il n’en demeure pas moins que la tension reste perceptible au sein de l’entreprise et que la menace d’un mouvement de grève n’est pas levée.