MENACE D’UN PSE A EURENOV (ex SNOM) à CHAUMONT

, par udfo52

CATERPILLAR (ex EURENOV, ex SNOM) à CHAUMONT en Haute-Marne se recentre sur son cœur de métier (rénovation de moteur) et organise depuis plusieurs années la baisse des effectifs.

Les élus FO sont décidés à se battre pour préserver les emplois en France et éviter le plan social annoncé.

Le rachat de l’entreprise par Caterpillar n’a pas été une bonne nouvelle pour les salariés d’EURENOV. La politique du groupe est connue des élus FO. Comme partout, la direction annonce sa volonté de "se recentrer sur le cœur de métier", formule démoniaque qui appelle les délocalisations et les baisses d’effectifs.

Après les délocalisations de plusieurs lignes de production vers la Pologne, un espoir était venu de l’Angleterre. Celle-ci n’arrivant plus à faire face aux commandes avait confié une partie de sa production à Chaumont. Or, l’embellie a été de courte durée. L’Angleterre rapatrie sa production pour employer ses salariés et laisse pantois nos travailleurs.

Aujourd’hui 113 salariés travaillent sur le site de Chaumont, dont 55 sont affectés à la production puisque des lignes entières ont été transférées en Pologne. La direction s’appuie sur ce constat pour annoncer qu’il y a trop de personnels indirects et qu’il faut donc réduire les effectifs.

Après avoir vendu un tiers du terrain et des bâtiments, les dirigeants sans scrupule, vont jusqu’à envisager de fermer la cantine de l’entreprise, qui emploie 2 salariés, sous prétexte qu’elle est en déficit. Or, le déficit provient des repas pris par les visiteurs (salariés polonais venus en formation, invités de la direction...) que Caterpillar ne paie pas. Si, au contraire, tous les repas étaient acquittés, la cantine serait en excédant. Quand on veut tuer son chien on l’accuse de la rage.

FO, majoritaire dans l’entreprise, a organisé la contre-offensive lors d’une réunion à l’Union Départementale FO en présence de Frédéric Souillot, secrétaire fédéral FO de la métallurgie, qui s’est déplacé pour l’occasion. Des outils juridiques sont à la disposition des élus du comité d’entreprise. FO saura les utiliser.