MEILLEURE MOBILISATION POUR LES RETRAITES QUE POUR L’ACCORD SUR LA FLEXIBILITE

, par udfo52

Les syndicats FO, CGT, FSU et SUD appelaient, le 10 septembre 2013, à se mobiliser contre le projet de loi Ayrault sur les retraites et notamment contre l’allongement de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein.

Pour FO, cette contre-réforme est la continuité des réformes précédentes et vise à allonger la durée de cotisation et diminuer le montant des retraites et pensions. Elle ne règle en rien le problème de financement. D’autres solutions sont possibles. Il s’agit d’un choix de société.

Les salariés haut-marnais sont descendus dans les rues de Chaumont, Langres et Saint-Dizier pour faire entendre leur mécontentement et le rejet de la politique d’austérité qui les conduisent vers la paupérisation.

1993, 1995, 2003, 2007, 2010 et maintenant 2013. Le discours d’aujourd’hui est le même que celui d’hier : le gouvernement explique que c’est la dernière réforme, qu’il entend garantir l’avenir de nos retraites et rassurer les jeunes. La méthode d’aujourd’hui est la même que celle d’hier : le gouvernement prône le dialogue, oppose les salariés du privé ou fonctionnaires, abuse des sondages et des médias pour convaincre les salariés que les français sont favorables à ses propositions. Les recettes d’aujourd’hui sont les mêmes que celles d’hier : reculer l’âge de la retraite et augmenter la durée de cotisation.

1993… 2013 = 20 ans de régression sociale n’ayant pas réglé le problème de financement des retraites !

La question est d’abord et avant tout un choix de politique économique.

La réforme Ayrault vise à répondre aux attentes des marchés financiers et aux engagements pris par la France dans le cadre du pacte budgétaire européen.

Une politique économique de rigueur et d’austérité enfante de la régression sociale.

Allonger la durée de cotisation pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein, c’est aussi augmenter la durée du travail. Ce n’est pas cela le progrès social !

La retraite doit rester pour tous les travailleurs le moment de pouvoir enfin profiter de la vie.

L’austérité pénalise fortement les régimes sociaux. Le progrès ce n’est pas d’obliger les gens à travailler plus longtemps parce qu’on ne veut pas répartir différemment les richesses.

Retraites, emploi, salaires, services publics… tout est lié.