Les retraités FO en assemblée générale : la situation continue à se dégrader

, par udfo52

Réunis en assemblée générale le 6 juin 2013, sous la présidence de Jacques Marçot, une cinquantaine d’adhérents de l’Union Départementale des Retraités FO de Haute-Marne n’ont pu que constater la dégradation générale de leurs conditions de vie. Et l’avenir n’est pas plus réjouissant...

Charlie Pesce, secrétaire général de l’Union Départementale des Retraités FO de Haute-Marne, a présenté son rapport d’activité en insistant sur la participation des retraités FO à toutes les actions interprofessionnelles et intergénérationnelles lancées par tant au niveau confédéral que départemental. FO tient toute sa place dans la défense des retraités haut-marnais.

L’augmentation de 1,3 % de retraites et pensions limitée par l’impact de la nouvelle taxe de 0,30 % (contribution à la solidarité pour l’autonomie dite "CASA") est loin de compenser la hausse du coût de la vie.

Bon nombre de retraités ne peuvent plus aujourd’hui se soigner correctement et encore moins s’offrir une place dans un établissement de soin.

Gérard Roussel, représentant FO au CODERPA 52, a expliqué les relations tendues avec le Président du Conseil Général liées notamment à des problèmes de financement. Malgré les difficultés, les membres du CODERPA 52 travaillent à présenter des propositions répondant aux besoins des personnes âgés du département. Un schéma départemental d’organisation sociale et médico-sociale en faveur des personnes âgées pour les 5 prochaines années est en cours d’élaboration. La réflexion s’organise autour de 3 thématiques :
- encourager et favoriser le maintien à domicile et l’aide aux aidants non professionnels ;
- optimiser et adapter l’offre d’hébergement permanent aux besoins, en établissement et en famille d’accueil ;
- améliorer l’information, la coordination et le travail en réseau entre les acteurs.

Il a fait le constat, quant à lui, du manque de places en EPHAD et précisé que le reste à charge pour les personnes placées dans les EPHAD privés comme l’Osier Pourpre qui vient de s’ouvrir à Chaumont est d’environ 74 € par jour et d’environ 48 € pour un établissement public. C’est quasiment insurmontable pour la majorité des retraités du département.

Enfin, il a souhaité expliqué la notion de maltraitance dans ces maisons de retraite. Non, les résidents ne sont pas battus par les soignants, mais le simple fait de les baigner une fois par mois ou de ne les changer qu’une fois par jour peut être assimilé à de la maltraitance. Cette organisation est imposée aux personnels pour des raisons purement comptables que FO ne cesse de dénoncer.

Dominique Perchet, secrétaire générale de l’UD FO 52, a fait ensuite le point sur la situation économique et sociale du département.

Jacques Marçot, membre du bureau de l’Union Confédérale FO des Retraités, a dénoncé vivement ce que veut faire croire le gouvernement, à savoir que les retraités d’aujourd’hui bénéficient d’un niveau de vie confortable. C’est faux ! 16 millions de retraités (plus de 50 %) ont un revenu inférieur au SMIC et près de 40 % des retraités du régime général qui perçoivent le minimum contributif (687,42€).

FO revendique la prise en charge pérenne et solidaire de la perte d’autonomie dans le cadre de la solidarité nationale organisée par la sécurité sociale, c’est-à-dire : des droits pour tous et non pas des aides sociales.

Les retraités FO affirment qu’en matière de droits sociaux il n’y a ni fatalité ni dogme mais seulement des choix politiques. Les réductions de droits sociaux d’aujourd’hui ne feront ni les investissements ni les emplois de demain.

Pour conclure, Jacques Marçot a rappelé les grandes lignes du rapport Moreau sur l’avenir des retraites. Il a mis en garde contre les tentatives de division public-privé et encouragé les militants FO à préparer dès maintenant la mobilisation.

L’automne sera chaud ! A défaut d’un printemps ensoleillé...