Les représentants FO des fonctionnaires de l’Etat reçus par le Préfet le 10 décembre 2015

, par udfo52

Le 10 décembre 2015, à la demande de l’Union Départementale FO de Haute-Marne, les représentants FO des fonctionnaires de l’Etat étaient reçus par le Préfet. La réforme territoriale et ses conséquences sur les services publics de proximité et les personnels étaient au cœur des débats. Nos camarades en sont ressortis plutôt dubitatifs !

Lors du rassemblement des militants FO de fonctionnaires du département le 20 novembre 2015, le tour de table faisait ressortir une absence totale de dialogue social et d’information concernant la réorganisation des services de l’Etat à compter du 1er janvier 2016. Les instances représentatives du personnel (comités techniques et CHS-CT) n’ont jamais été consultées sur ce sujet.

Une délégation FO a donc rencontré le Préfet de Haute-Marne le 10 décembre dernier dans l’espoir d’en savoir plus. Cette délégation était composée de :
- Dominique Perchet : secrétaire générale de l’UDFO52
- Rachel Sugneau : secrétaire générale adjointe de l’UDFO52 et secrétaire FO DGFIP
- Sébastien Cailliès : membre de la Commission Exécutive de l’UDFO52 et représentant FO Education Nationale
- Patricia Kileztky : membre de la Commission Exécutive de l’UDFO52 et représentante FO Défense
- Blandine Cornu : membre de la Commission Exécutive de l’UDFO52 et représentante FO DDCSPP
- Eric Meulle : représentant FO DDT
- Andrée Massée : représentante FO Préfecture

Des échanges il ressort que, selon le Préfet, la réforme territoriale en cours confortera les missions de l’Etat au niveau départemental. Pour exemple, il nous a annoncé fièrement et réjoui qu’il allait avoir à ses côtés un "délégué à la culture". Enfin, il va pouvoir faire entendre sa voix au niveau national pour convaincre qu’il est urgent d’intervenir sur les monuments prodigieux du département qui s’écroulent ! C’est, selon lui, extrêmement positif pour la Haute-Marne ! (Là, nous avons hésité entre pouffer de rire ou s’offusquer).

Cependant, il nous a rappelé la dure loi de finance qui impose la réduction des effectifs. Austérité oblige. Les services les plus impactés seront ceux de la DDCSPP (ex services des fraudes, vétérinaires, jeunesse et sport, concurrence et prix) et de la DDT (ex Equipement et ddaf).

La régionalisation sera effective au 1er janvier 2016 mais un délai de 3 ans est prévu pour mettre en place la nouvelle organisation des services de l’Etat liée, bien évidemment, à la grande région Est. Donc, rien n’est encore arrêté.

Par contre, la préfecture se réorganise. Une maison des services de l’Etat va être installée à Langres dans les locaux abritant la sous-préfecture. Des travaux estimés à plus d’1 millions d’€ sont prévus sur ce bâtiment appartenant au Département qui seront financés pour moitié par l’Etat.

Quant à la sous-préfecture de Saint-Dizier, elle sera tout simplement fermée au public au printemps 2016. Les citoyens devront se rendre à Chaumont. C’est ça les services publics de proximité ! FO s’est violemment insurgée contre cette décision motivée, selon le Préfet, par un impératif financier. Eh oui ! Le service public coûte cher et est déficitaire sur Saint-Dizier ! Un service public a-t-il vocation à être bénéficiaire ??? Si on suit la logique du Préfet, demain on ferme tous les services publics.

Bref, la réforme territoriale c’est :
- pour les citoyens : l’éloignement des services publics de l’Etat et une offre d’emploi qui continue à s’amenuiser ;
- pour les fonctionnaires : plus de missions avec moins de personnels et dans quelles conditions ?

Le gouvernement et ses hauts fonctionnaires se moquent de nous. L’austérité à tous les étages, c’est le fil rouge de toutes les politiques mises en œuvre. Les haut-marnais et les personnels sont bien les derniers de leurs soucis.

Dans le contexte actuel, les pierres qui tombent des voûtes de l’abbaye de Mormant ne sont peut-être pas la préoccupation essentielle de nos concitoyens ! Avant de clore l’entretien, le préfet a essayé de nous convaincre d’accepter de dialoguer au sein d’une instance informelle interministérielle. Nous avons catégoriquement refusé en l’invitant à faire fonctionner les instances représentatives du personnel existantes et former ses chefs de service au management et au dialogue social ! (Pour exemple, nous citerons la directrice de la DDCSPP qui convoque le CHS-CT en prévenant que le projet de réorganisation sera évoqué mais qu’il est non négociable et que les documents seront remis le jour de la réunion !!!)

Nous sommes face à un Etat sourd aux appels de ses fonctionnaires et des citoyens, dont ses représentants sont bardés de certitudes et à la limite du mépris. FO s’organise pour faire bloc contre toutes les tentatives de l’administration de contourner les instances représentatives existantes et défendra le service public de proximité rempli par des agents titulaires formés.