JOURNEE DE LA FEMME : FO 52 DANS L’ACTION

, par udfo52

L’inégalité entre les femmes et les hommes face au harcèlement au travail est une réalité que mesurent au quotidien les militants FO de Haute-Marne.

C’est pourquoi, le 8 mars 2013, l’UD FO de Haute-Marne a décidé de marquer cette journée de la femme de façon particulière. Les militants FO manifesteront leur soutien aux salariés et élues Déléguées du Personnel de l’association de SOS Femmes Accueil de St-Dizier victimes, depuis bientôt 2 ans, des pratiques managériales de leur directeur.

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à venir se plaindre de harcèlement sexuel ou managérial à l’Union Départementale FO de Haute-Marne. Leur position dans la hiérarchie de l’entreprise, les métiers qu’elles occupent, leur éducation,leurs obligations familiales... les placent souvent en position de faiblesse. Quand elles commencent à parler de leur souffrance au travail il est souvent trop tard.

L’exemple des salariées de SOS Femmes Accueil de Saint-Dizier pourrait servir de cas d’école. Cette association, qui est sensée venir en aide aux femmes violentées, est financée par des fonds publics (Etat et Département). Les femmes violentées sont accueillies depuis deux ans par des salariées en souffrance, victimes de pratiques managériales inqualifiables de leur directeur.

7 salariées ont déjà porté plainte. D’autres ont fuit l’entreprise avant qu’il ne soient trop tard. L’UD FO 52 a alerté les financeurs à plusieurs reprises (Préfet et Président du Conseil Général), le Procureur, le Sous-Préfet de Saint-Dizier, le Député-Maire Cornut-Gentille, le défenseur des droits, l’inspection du travail, la DDCSPP (ex DDASS), le président de l’association.

L’affaire s’enlise, traîne, et devient nauséabonde. Pourquoi ?

Nous avons bien quelques idées... que nous ne tarderons pas à dévoiler. Pour le moment, notre souci est de protéger ces femmes qui ont osé, à un moment, poser des questions, revendiquer l’application de leurs droits et s’opposer au directeur.

Ce même directeur qui n’hésite pas à monter le reste du personnel contre celles qui lui résistent et à leur faire croire que FO veut la mort de l’association !

Le 8 mars 2013, les militants FO lanceront un SOS pour sortir les salariées en question de l’enfer et viendront les soutenir en distribuant des tracts dans Saint-Dizier pour rompre l’omerta qui étouffe cette affaire.