HOPITAL DE CHAUMONT EN SOUFFRANCE

, par udfo52

Samedi 10 juin 2017, à l’appel de FO et Solidaires, les personnels de l’hôpital de Chaumont et les citoyens se sont rassemblés devant la mairie pour dénoncer les méthodes de management inhumaines et la souffrance des personnels qui portent atteinte à la qualité des soins dispensés par l’hôpital public.

Plus de 200 personnes se sont rassemblées sur la place de la mairie, samedi 10 juin 2017, pour défendre l’hôpital public de Chaumont. Les représentants FO, Solidaires et FAPH de l’hôpital ont, tour à tour, décrit la dégradation de leurs conditions de travail et les pratiques inhumaines du Directeur des Ressources Humaines ainsi que de certains cadres. Les médecins sont également pour beaucoup dans le malaise qui a gagné la majorité des personnels.

Depuis des années, cet établissement de santé fait les frais des politiques d’austérité imposées par les gouvernements successifs. Les conséquences sont dramatiques tant pour le personnel de l’hôpital que pour nous, citoyens.

Pour les salariés
- dégradation des conditions de travail
- déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle
- manque de moyens conduisant à la maltraitance institutionnelle
- détérioration de la santé physique et mentale.

Quelques exemples :
- Absence de planning à – de 15 jours
- Rappels sur les repos et congés annuels
- Absence de dialogue interne conduisant à des conflits
- Dysfonctionnements
- Discrimination
- Arrêts de travail pour atteinte grave à la santé mentale
- 57 personnes en attente d’un rendez-vous individuel concernant leur devenir suite au rapprochement avec la clinique.

Comment pouvons-nous espérer être écoutés et bien soignés alors que les personnels hospitaliers sont eux-mêmes en grande souffrance ?

Pour les citoyens
- détérioration de la qualité des soins
- obligation de se tourner vers les cabinets privés ou aller dans un autre département
- allongement des délais de prise en charge
- déshumanisation …

Le silence que la plupart d’entre nous s’est imposé (salariés, patients, citoyens, élus locaux…) dans l’espoir d’une utopique amélioration a permis aux fossoyeurs de la république sociale de poursuivre leur politique de destruction des services publics.

Il est plus que temps de sortir de ce mutisme, de dénoncer ce que nous endurons depuis trop longtemps et d’exiger, sans délai, la fin de cette politique d’austérité suicidaire.

Une délégation FO a été reçue par Mme le Préfet, à 11h30. FO a demandé notamment que
- les salariés concernés par le transfert de service à la clinique soient rapidement reçus individuellement afin d’obtenir des précisions sur leur devenir ;
- les plannings fiables soient établis dans les délais réglementaires ;
- les rappels sur les congés et temps de repos ne soient plus systématiques et ne concernent pas toujours les mêmes personnes ;
- les droits syndicaux soient respectés ;
- le respect et la dignité soient rétablis sans délai ;
- les moyens matériels et humains soient conformes aux besoins des personnels et des patients ;
- l’inspection du travail fasse le nécessaire pour qu’un de ses représentants assiste systématiquement aux réunions du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ;
- l’humain soit replacé au cœur de l’activité de l’hôpital.

La secrétaire générale de l’Union Départementale FO, Dominique Perchet, a rappelé que "dimanche, se déroulera le premier tour des élections législatives. FO, fidèle à ses valeurs de liberté et d’indépendance, ne donnera pas de consigne de vote. Nous affirmons simplement que vous avez plus de pouvoir que vous ne le pensez. Prenez conscience qu’en mettant votre bulletin dans l’urne non seulement vous donnerez automatiquement 1,50 € au parti du candidat de votre choix mais surtout, vous lui donnerez du poid."

avec FO POUR UN SERVICE PUBLIC DE PROXIMITE ET DE QUALITE. CONTRE LA POLITIQUE D’AUSTERITE ET L’ABANDON