HACHETTE ET DRIOUT : SORTIE DE CONFLIT AVEC 2,5 % D’AUGMENTATION GENERALE

, par udfo52

Hier, après 3 jours de grève, les salariés ont décidé de reprendre le travail après avoir obtenu 2,5 % d’augmentation générale des salaires.

Jeudi 8 mars 2012, les salariés d’Hachette et Driout se sont mis en grève pour réclamer l’augmentation de leur pouvoir d’achat et l’arrêt des pressions infligées par le PDG sur les agents de production.

Les 1,6 % d’augmentation de salaire proposés par M. ROBERT-DEHAUT étaient loin de satisfaire les revendications des salariés d’Hachette et Driout. Aussi, lorsque le PDG est sorti de la salle des négociations, refusant de céder à la pression des ouvriers qui s’étaient avancés sous les fenêtres de la direction dans l’attente des décisions, la colère est montée. Les salariés ont décidé de se mettre en grève afin d’être entendus.

Lundi 12 mars 2012, le mouvement s’est amplifié contraignant le PDG a convier les représentants syndicaux à négocier. Après plusieurs interruptions de séance, les salariés ont accepté les propositions de la direction. Un accord de fin de conflit a été signé actant :
- une augmentation générale de 2,5 % (1,5 % au 1er mars et 1 % au 1er septembre) ;

- une prime d’assiduité de 100 € pour 2012 ;

- une prime de 50 € versée au 1er mars 2012 ;

- le paiement d’un jour de grève ;

- la possibilité de rattrapper les autres jours de grève avec des heures supplémentaires, des congés ou RTT ;

- l’assurance de non agression vis à vis des grévistes.

Par ailleurs, M. ROBERT-DEHAUT a reconnu, lors des négociations, qu’il avait "poussé le bouchon un peu loin "concernant les pression sur les agents de production".

La reprise du travail a été votée à une petite majorité (60 %). Aussi, la direction d’Hachette et Driout est consciente qu’elle n’est pas à l’abri d’une reprise du conflit au premier incident.