GREVE CHEZ HACHETTE ET DRIOUT à SAINT-DIZIER

, par udfo52

Aujourd’hui, 8 mars 2012, les salariés de Hachette et Driout viennent de se mettre en grève pour réclamer des augmentations de salaire dignes de ce nom et l’amélioration de leurs conditions de travail.

Jean-Claude Mailly chez Hachette et Driout le 2 mars 2010

Déjà le 2 mars 2010, lors de la visite du Leader FO, Jean-Claude Mailly chez Hachette et Driout, le climat social au sein de l’entreprise Hachette et Driout était tendu. Notre délégué syndical à gauche (Pascal Hertemann) et le secrétaire du CHS-CT au fond (William Olivo) étaient sur leur garde.

La troisième réunion de Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) chez Hachette et Driout s’est très mal passée.

Au cours de celle-ci le PDG, M. ROBERT-DEHAUT, devait présenter ses propositions d’augmentations salariales.

FO, syndicat majoritaire, réclamait 4 %.

M. ROBERT-DEHAUT a proposé généreusement 1,6 % sous prétexte de la crise et du chômage à venir.

Vers 10 h30, les salariés, impatients de connaître les résultats des négociations, ont commencé à se rassembler dessous les fenêtres de la direction. Ce que n’a pas apprécié le PDG qui a quitté la salle en annonçant qu’il ne céderait pas à la pression.

A la demande des salariés, FO a appelé au débrayage pour réclamer une vraie augmentation de salaire et l’amélioration des conditions de travail. En effet, les brimades sont courantes dans cette entreprise et les conditions de travail très difficiles.

Les salariés en grève se relaieront devant l’entreprise au moins jusqu’à demain.

A suivre....