GREVE A L’HOPITAL DE SAINT-DIZIER RECONDUITE

, par udfo52

Les personnels de l’hôpital de Saint-Dizier, réunis en assemblée générale le 6 juillet 2015, ont voté la poursuite de la grève.

A la suite du mouvement de grève des personnels hospitaliers de Saint-Dizier suivi par 50 % des effectifs, le directeur a reçu l’intersyndicale FO-CGT-CFDT le 6 juillet dernier.

De cet entretien il ressort une absence totale de stratégie, seulement des recherches d’économies amenant à des décisions purement comptables. Par exemple, le projet porté par le directeur prévoit 5 médecins orthopédistes pour 15 lits soit 3 lits par médecin ! On pourrait raisonnablement penser que ceux-ci, ayant leur charge de travail allégée, pourraient venir renforcer les urgences. Mais que nenni ! C’est beaucoup trop logique et surtout il ne faut pas imposer quoi que ce soit aux médecins. On préfère faire appel à des intérimaires qui sont payés 2 fois plus.

Le directeur a annoncé d’abord la suppression de 56 lits et de 30 équivalents temps plein. Au fil des questions, il a fini par avouer qu’il ne s’agissait là que des personnels soignants et qu’il fallait ajouter 18 équivalents temps plein de personnels techniques...

Pour clore le tout, la DRH a expliqué que des primes avaient été versées indument à des personnels de la direction ce qui venait creuser le déficit. Diviser pour régner c’est bien connu !

Bref, les représentants du personnel ont pu constater une fois encore l’absence totale de stratégie pour la survie de l’hôpital. Il est demandé aux mêmes de faire toujours plus avec toujours moins et aux patients d’accepter, sans mot dire, la dégradation de l’offre et de la qualité des soins.

Réunis en assemblée générale, le soir même, les personnels ont décidé de poursuivre le mouvement en faisant tous une heure de grève de 14 h à 15 h tous les jeudis.

Une pétition est proposée à la signature de tous ceux qui veulent défendre l’hôpital de Saint-Dizier.

Un rendez-vous à l’Agence Régionale de Santé est programmé pour le 17 juillet 2015.

Enfin, l’intersyndicale se réserve le droit de poursuive la direction pour entrave au droit de grève.