FO Haute-Marne célèbre le 1er mai aux côtés des camarades de Côté d’Or

, par udfo52

Le 1er mai est la fête internationale des travailleurs. C’est pour FO l’occasion de rappeler ses revendications. Une délégation haut-marnaise, conduite par la secrétaire générale de l’UD FO de Haute-Marne, est allée célébrer cet évènement aux côtés des camarades FO de Côte d’Or.

Réunis en meeting pour l’occasion, les militants FO se sont succédés à la tribune afin de rappeler le long combat pour obtenir l’instruction laïque, gratuite et obligatoire qui est aujourd’hui remise en question. Ils ont rendu hommage à Nicolas Condorcet, philosophe des lumières et député avant et pendant la révolution française, qui considérait que l’instruction était un devoir social.

"L’instruction publique est un devoir de la société à l’égard des citoyens. L’inégalité d’instruction est une des principales sources de la tyrannie. Le devoir de la société, relativement à l’obligation d’étendre dans le fait, autant qu’il est possible, l’égalité des droits, consiste donc à procurer à chaque homme l’instruction nécessaire pour exercer les fonctions communes d’homme, de père de famille, et de citoyen...

La société doit au peuple une instruction publique...

1°) Comme moyen de rendre réelle l’égalité des droits ;

2°) Pour diminuer l’inégalité qui naît de la différence des sentiments moraux ;

3°) Pour augmenter dans la société la masse des lumières utiles. La société doit également une instruction publique, relative aux diverses professions ;

4°) pour maintenir l’égalité entre ceux qui s’y livrent...

5°) pour les rendre plus également utiles ;

6°) pour diminuer le danger où quelques-unes exposent, pour accélérer leurs progrès.

La société doit encore l’instruction publique comme moyen de perfectionner l’espèce humaine, en mettant tous les hommes nés avec du génie à portée de le développer, en préparant les générations nouvelles par la culture de celles qui les précèdent.

L’Instruction publique est encore nécessaire pour préparer les nations aux changements que le temps doit amener."

Après ces interventions riches et émouvantes, Yves Veyrier, secrétaire confédéral, a pris la parole pour dénoncer les attaques, dans le monde entier, contre les syndicalistes dont 72 ont trouvé la mort l’année dernière pour avoir défendu les travailleurs. D’autres sont aujourd’hui emprisonnés. D’autres encore subissent les brimades, atteintes à la dignité... pour simplement oser essayer d’améliorer les conditions du monde ouvrier et défendre les droits de base des travailleurs.

Quand on a des droits, on les fait respecter !