FO HAUTE-MARNE DIT NON AU TRAVAIL LE DIMANCHE

, par udfo52

En cette fin d’année 2015, l’Union Départementale FO est saisie des demandes des communes pour déroger au droit des salariés au repos le dimanche dans les commerces non alimentaires. FO HAUTE-MARNE donne systématiquement un avis défavorable à toute demande, conformément à la position confédérale qui privilégie le repos dominical dans ce secteur.

Les demandes de dérogation au repos dominical sont déposées pour 2015 mais aussi pour 2016 dans le cadre de la loi MACRON qui étend les possibilités de 5 à 12 dimanches.

Ces demandes pour 2016 doivent être déposées avant le 31/12/2015 alors que précédemment elles pouvaient être faites au fil de l’eau. Finalement, 2016 sera peut-être une année de moindre ouverture le dimanche car peu de communes ont adressé leurs demandes.

FO HAUTE-MARNE donne systématiquement un avis défavorable à ces dérogations. En effet, nous considérons que les achats peuvent être faits les autres jours de la semaine.

Nous vous rappelons, car cela est souvent oublié, que :
- les hôtels-cafés-restaurants, les boulangeries et pâtisseries sont ouverts ;
- les commerces alimentaires sont ouverts jusqu’à 13 h 00, y compris les moyennes surfaces ;
- tous les commerces, notamment les petits, peuvent ouvrir le dimanche s’ils n’emploient pas de salariés ce jour-là (sauf les services comme les coiffeurs ou les teinturiers). Autrement dit de nombreux commerces sont ouverts ou peuvent ouvrir sans avoir besoin de l’ouverture des hypermarchés et autres grandes surfaces.

FO ne cesse d’alerter les politiques et les salariés sur le danger que représente la concurrence déloyale provoquée par les dérogations au repos dominical. Le dumping social, c’est la concurrence libre et non faussée que l’on nous sert encore et encore. Le tout au bénéfice des grands magasins. Or, pour un emploi créé dans la grande distribution, ce sont trois emplois dans le commerce de proximité qui disparaissent.

Et s’il y a bien ici ou là, des créations d’emplois, ce sont des emplois précaires à temps partiel utilisés le week-end. A terme, ces emplois du week-end remplaceront ceux de la semaine puisque l’activité se reportera le week-end. Il suffira pour cela de faire des promotions le dimanche pour attirer le client.

Enfin, nous passerons sous silence la soit disant notion de « volontariat » du salarié.

Le repos dominical, nous l’avons revendiqué.

Nous le défendons depuis 145 ans.

FO encourage les salariés à ne pas se rendre dans les commerces ouvrant le dimanche par dérogation. C’est une "grève" qui ne coûte rien mais qui, si elle est suivie, changera les choses.