FO APPELLE LES ENSEIGNANTS A LA GREVE LE 28 MARS 2013

, par udfo52

Après la très forte mobilisation lors de la grève nationale du 12 février dernier, le ministre de l’éducation nationale n’a apporté aucune réponse aux personnels. C’est pourquoi, les fédérations nationales d’enseignants FO, CGT, SUD et CNT appellent à la grève le 28 mars 2013 pour exiger l’abandon du projet de loi d’orientation de "Refondation de l’Ecole".

En restant sourd à la mobilisation du 12 février 2013, le ministre de l’éducation nationale a pris la responsabilité d’aboutir à une situation de blocage.

Les enseignants continueront donc leur mouvement revendicatif jusqu’à être entendu. Ils seront en grève le 28 mars 2013 pour les motifs suivants :

ABANDON DU PROJET DE LOI D’ORIENTATION ! Le projet de loi d’orientation de « Refondation de l’École » en lien avec le projet de loi sur l’acte III de la décentralisation :

- C’est le transfert des Lycées professionnels aux Régions qui auraient tout pouvoir sur la carte des formations et les ouvertures / fermetures de sections d’apprentissage (Article 16 bis du projet de loi d’orientation).

- C’est le transfert de l’orientation scolaire aux Régions avec la double tutelle ou mise à disposition des régions des Conseillers d’Orientation Psychologues (la dénomination même de COP disparaît) (article 17 du projet de loi de décentralisation).

- C’est la réforme des rythmes scolaires (décret du 24 janvier 2013) en lien avec le Projet Educatif Territorial (PET – article 40 du projet de loi d’orientation) qui augmente le nombre de jours travaillés, flexibilise les horaires, crée la confusion entre le scolaire et le péri-scolaire, donne aux élus locaux des prérogatives sur les emplois du temps.

- Ce sont d’importantes dispositions dont nul, hormis le ministre, ne connaît le contenu parce qu’elles ne seront prises qu’après le vote de la loi… par 12 décrets qui définiront en particulier le contenu du « socle commun », « l’organisation et le fonctionnement du Conseil national d’évaluation du système éducatif », « les conditions de recrutement, de formation et d’exercice des fonctions spécifiques des directeurs d’écoles maternelles et élémentaires  », « la composition et les attributions du conseil d’école et du comité des parents », « La composition et les modalités de fonctionnement » du nouveau conseil école-collège.

- Ce sont des services partagés écolecollège instaurant une flexibilité des services, la mise en cause des enseignements par discipline remplacés par « les compétences du socle », toujours moins de programmes nationaux d’enseignement et, par voie de conséquence, moins de diplômes nationaux et toujours plus de « compétences » dans la perspective de diplômes locaux, comme en a toujours rêvé le patronat pour rémunérer au plus bas les qualifications…

- Ce sont des contrats tripartites Etatcollectivités- établissements imposés aux lycées et collèges poussés vers toujours plus d’autonomie dans une logique de fonctionnement d’entreprise privée…

- C’est la fin des enseignements professionnels adaptés en classe de 4ème SEGPA (Exposé des motifs de l’article 33 de la loi d’orientation et nouvelle formulation de l’article L.332-3 du Code de l’Education) qui menace l’existence même des SEGPA.

- C’est la fin des RASED (Réseaux d’Aide aux Elèves en Difficulté Scolaire) dont il n’est fait aucune mention dans la loi d’orientation qui entérine leur disparition engagée par les décrets Darcos de 2008.

- C’est l’annonce de l’augmentation de la durée de l’année scolaire de 36 à 38 semaines, c’est à dire la réduction des congés d’été...

Pour FO, le projet de loi d’orientation doit être retiré, le décret sur les rythmes scolaires, premier acte et élément majeur de ce projet de loi, doit être abrogé !