ETILAM Saint-Dizier, QUEL AVENIR ?

, par udfo52

Une fois de plus FO avait raison. Depuis le temps que les représentants FO dénoncent les erreurs stratégiques de la direction qui mènent l’entreprise droit dans le mur, la preuve est là aujourd’hui.

Suite à la réunion exceptionnelle du Comité Central d’Entreprise d’ETILAM qui a eu lieu le Vendredi 10 Février 2017, les représentants du personnel ont diffusé l’information ci-dessous :

"Nous avions remis nos questions à Mr LEMASSON le matin de la réunion du Comité Central d’Entreprise auxquelles il a répondu oralement.

Pas trop de surprise lorsqu’il nous a annoncé une perte de 3,4 millions d’euros pour l’année 2016 pour le groupe ETILAM, dont 2,6 millions d’euros de perte à St Dizier et 0,8 millions d’euros à Montigny.

Nous lui avons rappelé qu’il avait une bonne part de responsabilité dans cette situation vu les erreurs de gestion qu’il a fait lors de la fusion de Gorcy et St Dizier ce qu’il ne reconnait pas. Selon lui, il a préservé l’emploi des salariés de Gorcy 4 ans de plus.

Nous avons aussi mis en avant tous les dysfonctionnements sur les machines du site ETILAM Saint Dizier et surtout la difficulté pour la mise en route du four inox qui à ce jour n’est toujours pas opérationnel. Rappelons-nous que cet achat a couté la bagatelle de 5 millions d’euros. L’investissement devait assurer l’avenir d’ETILAM et au final fini par plomber sérieusement nos chances de survie à très court terme.

Il reconnait que le four inox ne fonctionne pas correctement (voir document joint à ce tract) et que la responsabilité de cet échec est de la responsabilité du constructeur qui n’a pas respecté le cahier des charges. Une démarche juridique est fortement envisagée pour régler le problème.

Cerise sur le gâteau, que contrairement à ces affirmations lors du rachat d’ETILAM, le brave M. LEMASSON nous a avoué que le marché de l’inox s’est restreint et qu’au mieux nous ne pourrons atteindre que le ¼ de ses objectifs.

Au fait qui a fait le choix de cet outil ???

Notre lumineux directeur d’ETILAM St Dizier bien sûr ! Tout comme le choix du logiciel de gestion presque aussi performant ! Autant d’incapacités concentrées par un seul individu mériteraient si elle existait la palme de l’incompétence !

Pour palier ses erreurs d’orientation stratégique et l’incompétence de son Directeur du Site bragard, notre cher PATRON a trouvé la solution ! Mettre en œuvre un PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi) qui n’est autre qu’un plan de licenciement à ETILAM.  Il prévoit d’arrêter définitivement les lignes de CUIVRE, de GALVA, et le plus étonnant la ligne de LAQUAGE. Les lignes de Galva et du Laquage perdent de l’argent alors que le cuivre dégage des bénéfices mais n’a plus assez de client pour pouvoir tourner régulièrement.

M. LEMASSON prétend que le licenciement d’environs moitié du personnel permettrait de faire des économies sur les frais fixes. Il faut savoir que même en mettant en œuvre son plan de licenciement, notre cher PATRON n’est pas du tout sûr de pérenniser le site de St Dizier.

Avoir touché tant de millions pour en arriver là ! C’est lamentable !

Suite à cette annonce dramatique nous avons demandé une suspension de séance pour pouvoir discuter entre nous.

A la reprise de la séance début d’après midi, nous avons déposé un droit d’alerte. Les trois membres titulaires ont voté pour.

C’est le cabinet SECAFI qui nous accompagnera dans cette démarche. Et à notre grande surprise Mr LEMASSON n’a pas contesté voir même approuvé cette décision. Fait étonnant ! Il a pratiquement demandé de l’aide à SECAFI.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin il a demandé également aux élus représentants le Personnel d’aller tous dans le même sens et de « trouver ensemble » la solution la moins pire pour les salariés d’ETILAM, sinon la liquidation sera sa dernière solution !

Gonflé le mec !!! il n’a eu besoin de personne pour engloutir les millions versés par ArcelorMittal, l’assurance incendie, Bure.

Maintenant que les caisses sont vides il demande que l’on soit compréhensif et que l’on marche main dans la main. Pour sauver quoi exactement ??? À cette heure ! Nul ne le sait !!!