EHPAD - GRAND SUCCES DE LA MOBILISATION DU 30 JANVIER 2018

, par udfo52

Les EHPAD de Haute-Marne, comme partout en France, ont répondu massivement à l’appel à la mobilisation de FO, suivi de l’ensemble des syndicats de salariés. Les personnels, tous métiers confondus, ont enfin eu le courage de mettre sur la place publique ce que FO dénonce depuis des années : la politique d’austérité imposée aux établissements de santé par les gouvernements successifs a contraint les directions à réduire la masse salariale avec pour effet les dégradations de la qualité des soins, des conditions de travail et l’instauration de la maltraitance institutionnelle.

Les manifestants devant l’EHPAD d’Arc en Barrois

A l’appel de FO, les personnels hospitaliers haut-marnais sont sortis des murs des établissements hospitaliers pour exprimer leur ras le bol et dénoncer leurs conditions de travail ainsi que la dégradation de la qualité des soins dans les EHPAD. Et, une fois n’est pas coutume, ils étaient soutenus par les élus municipaux, les directeurs et parfois le corps médical.

Nathalie CORTINOVIS (FO EHPAD Joinville) entourée de M. OLLIVIER (maire de Joinville) et M.Gérard MATTERA.

L’équipe FO de l’EHPAD de Langres

En Haute-Marne, FO a choisi d’interpeler les représentants de l’Etat, du conseil départemental et les députés. Le 19 janvier 2018, une délégation a rencontré Mme le Préfet, l’Agence Régionale de Santé et la directrice de l’inspection du travail. Le 24 janvier 2018, elle a été reçue par le président du conseil départemental nouvellement élu. Le 1er février 2018, elle pourra décrire la situation dramatique des EHPAD à Mme ABBA, députée REM, afin qu’elle comprenne les conséquences des politiques conduites par le gouvernement qui persiste à vouloir appliquer le système de tarification qui nous a conduits dans le mur.

A noter, cerise sur le gâteau, que Mme LAVOCAT (vice-présidente du conseil départemental déléguée aux personnes âgées et maire de Châteauvillain) a reconnu devant les journalistes que cette mobilisation était prévisible. "Ce n’est pas réellement une surprise. On sentait bien que vis-à-vis de certains établissements, la situation était critique."

Eh oui ! Brave dame ! Et ce constat ne vous a pas empêché de continuer à voter des deux mains les restrictions budgétaires et à soutenir la politique libérale initiée par Roselyne Bachelot et poursuivie depuis !

Mais, c’est connu : les syndicalistes sont des bêtes. Ils ne comprennent rien et sont toujours entrain de râler.

N’oublions pas que nous sommes tous des résidents potentiels des EHPAD. Demain, Mme LAVOCAT et tous ceux qui soutiennent cette politique libérale seront nos voisins de chambre dans un EHPAD en souffrance.

Alors, à demain...