Ce 1er mai 2014, FO réaffirmera ses positions contre le pacte d’austérité et défendra la sécurité sociale, l’emploi et les salaires.

, par udfo52

Cette année 2014, le 1er mai sera l’occasion (une de plus) pour FO, d’appeler à combattre l’austérité. C’est une urgence sociale et démocratique à tous les niveaux !

En France, dès 1890, les manifestants du 1er mai ont pris l’habitude de défiler en portant à la boutonnière un triangle rouge. Celui-ci symbolise la division de la journée en trois parties : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs. Le triangle est remplacé dès 1892 par la fleur d’aubépine avec un ruban rouge, en hommage à Maria Blondeau, l’une des victimes de la fusillade de Fourmies, tuée avec un bouquet d’aubépine à la main. En 1895, le socialiste Paul Brousse lance un concours dans son journal, pour inviter ses lectrices à choisir une fleur symbole. Peu à peu s’impose l’églantine, symbole de la Révolution française et fleur traditionnelle du nord de la France.

Le 1er mai c’est avant tout la fête des travailleurs qui est la commémoration des dizaines de morts qui sont tombés en 1886 à, Chicago lors de la manifestation pour revendiquer mais aussi à Fourmies (59), et non la fête du travail ; l’occasion pour notre organisation de réaffirmer avec constance et cohérence nos positions et revendications.

C’est aussi un moment où nous adressons notre salut fraternel et de solidarité à l’ensemble des travailleurs du monde entier et à leurs représentants. Il faut rappeler qu’aujourd’hui encore, les syndicalistes sont toujours la cible de menaces et d’oppression comme à Djibouti, au Qatar, au Bangladesh ou encore en Tunisie. Les atteintes et les menaces à la liberté syndicale sont nombreuses et à dénoncer. C’est ce que nous faisons le 1er mai également.

Ce 1er mai 2014, FO réaffirmera en toute liberté et indépendance ses positions contre le pacte d’austérité et défendra la sécurité sociale, l’emploi et les salaires. Une délégation de l’UD FO 52 sera aux côtés de Jean-Claude Mailly à Paris pour revendiquer une autre politique économique passant par
- une augmentation des salaires ;
- des aides non pas généralises mais ciblées, aux entreprises, conditionnées et contrôlées avec de réelles contreparties en termes d’emploi et de salaire ;
- une réforme fiscale d’envergure ;
- l’arrêt des coupes aveugles dans les services publics ;
- l’instauration d’un vrai débat sur le rôle et les missions des services publics.

Ce n’est ni une kermesse, ni une paëlla géante, ni même un rassemblement devant la mairie de Chaumont qui pourront faire changer les choses.

Face aux attaques sans précédent contre le service public et ses agents, la seule réponse est la grève. En ce 1er mai, plus que d’autres, la confédération FO appellera tous les salariés du privé et du public à résister, à savoir dire non, à relever la tête, à dire oui au progrès social et à la République.

Face à l’axe Gattaz-Hollande, opposons la force déterminée des travailleurs actifs, chômeurs et retraités.

Vive le syndicalisme libre et indépendant !

Vive le 1er mai de revendications et de solidarité internationale !

Vive FORCE OUVRIERE !