CRISE SANITAIRE et DESTRUCTION DES SERVICES PUBLICS : TOUT EST LIE

, par udfo52

L’affaire SEB de Saint-Dizier (biftecks hachés contaminés) a mis en exergue les problèmes liés à la révision générale des politiques publics (RGPP) que FO dénoncent depuis plusieurs années. Le nouveau préfet de Haute-Marne, Claude MOREL, chargé de mettre en oeuvre cette RGPP, partage notre diagnostic : notre département à fait les frais d’une répartition régionale des effectifs pour le moins "aléatoire".

Lors d’une audience auprès du Préfet de Haute-Marne mercredi 13 juillet 2011, une délégation FO conduite par la secrétaire générale de l’Union Départementale FO, Dominique Perchet, a tenu à allerter le représentant de l’Etat en Haute-Marne sur les difficultés de fonctionnement des services chargés de la protection alimentaire et animale.

Quatre jours avant que SEB ne soit incriminée dans les intoxications alimentaires liées à la vente de biftecks hachés portant la bactérie E-coli, les représentants FO des services vétérinaires de l’Etat avaient alerté officiellement, une fois de plus, leur hiérarchie sur le manque de personnels qualifiés pour assurer toutes les missions qui leur sont dévolues.

Aujourd’hui, par exemple, un seul technicien gère la crise SEB tout en surveillance les abattoires de Chaumont et les autres entreprises de fabrication de produits alimentaires telles que Bongrain, Entremont... Or, dans l’Aube, les mêmes missions sont assurées par 5 personnes.

Si un autre problème sanitaire se déclarait les jours à venir, les services de l’Etat seraient dans l’incapacité d’assurer la protection de la population.

Alors que nos dirigeants portent des discours sécuritaires, qu’ils assurent vouloir renforcer la sécurité des citoyens et nous garantir contre les risques sanitaires et industriels, dans le même temps ils poursuivent la destruction des services publics et rèvent d’introduire la règle d’or (0 déficit public) dans notre constitution.

La délégation FO a exigé l’affectation de personnels supplémentaires formés en expliquant que le recours aux vacataires n’étaient pas une solution aux problèmes exposés. Elle a, par ailleurs, alerté le Préfet sur le fait que les services vétérinaires venaient d’embaucher des vacataires sans savoir comment ils allaient pouvoir les rémunérer !

Claude Morel, Préfet de Haute-Marne, a déclaré avoir mesuré, dès son arrivée et à l’occasion de la visite de ses services, la fragilité de la DDCSPP (ex services vétérinaires). Il a adressé un rapport au Préfet de Région qui l’a fait suivre au ministre concerné. Il espère obtenir un redéploiment des effectifs régionaux en faveur de notre département.

La délégation FO semble avoir enfin été entendue et se réjouit de constater que même les préfets viennent enrichir d’exemples le livre noir FO de la RGPP !

Cependant elle ne peut se satisfaire d’une solution qui revient à déshabiller Pierre pour habiller Paul. Que l’on soit marnais, haut-marnais ou parisien, nous sommes tous des citoyens français. Nous sommes en droit d’exiger le même niveau de qualité des services publics, surtout lorsqu’il s’agit de notre santé et de notre sécurité !