ARCELOR MITTAL MARNAVAL ET MANOIS menacés par une amende européenne démesurée

, par udfo52

ArcelorMittal Wire France a été condamné à une amende européenne qui va tuer les entreprises reconnues d’ententes illicites et entraîner le licenciement de tous les salariés en France, en Italite et en Belgique.

La Commission européenne a condamné le 30 septembre 2010, les sociétés : ArcelorMittal Wire France à 230 M€, ArcelorMittal Fontaine à 222 M€ et ArcelorMittal Verderio à 64 M€ pour entente sur les prix, faits remontant à plus de 15 ans. Les pénalités sont de 7 à 71 fois supérieures à la valeur des capitaux propres.

Cela signifie la mise à mort de ces trois sociétés et le licenciement du personnel, dont 780 salariés en France. Nos camarades des sites de Marnaval et de Mannois sont bien évidemment concernés.

L’UD FO et ses représentants des sites haut-marnais le savent depuis plusieurs mois. Mais pour ne pas effrayer les clients d’ArcelorMittal, l’ensemble des représentants du personnel ont joué la confidentialité. Par contre, ils ont alerté les élus locaux et responsables politiques de cette situation alarmante.

Par ailleurs, FO, avec l’ensemble des autres organisations syndicales CGT, CFDT, CFE-CGC et CFTC a engagé un recours auprès de la Cour de justice de l’Union européenne pour suspendre puis annuler ou ramener à de justes proportions cette amende afin de sauver les emplois et cette activité industrielle dans la sidérurgie.

Aujourd’hui la chose est publique : si au 4 janvier le groupe ne paye pas l’amende, il devra mettre la clef sous la porte et remercier 780 emplois directs (620 chez AMWF des sites de Bourg en Bresse, Commercy, Marnaval et Saint-colombe et 160 dans ses 3 filiales françaises (Manois, Périgueux et Traction levage).

A quel concurrent profite cette situation ? Comment la Commission européenne peut-elle casser l’industrie et l’emploi en Europe ?

Pour FO c’est inadmissible et cela va encore renforcer le sentiment anti-européen des salariés.