5 MARS 2013 - JOURNEE D’ACTION CONTRE L’ACC0RD SUR LA COMPETITIVITE ET LA FLEXIBILITE

, par udfo52

L’accord sur la comptétitivité et la sécurisation de l’emploi du 11 janvier 2013 est un accord nocif pour l’emploi et dangereux pour les droits des salariés.

Le 5 mars 2013, veille du Conseil des Ministres, à l’appel de FO et de la CGT, les salariés de toute la France exprimeront leur refus de l’accord sur la compétitivité et la flexibilité.

En Haute-Marne, les militants FO et CGT distribueront des tracts à la population et aux salariés en particulier pour expliquer le contenu de cet accord et ses dangers et créer le contre poids face au Parlement prêt à le transposer en loi.

Un rassemblement est également prévu le 5 mars 2013 à 17 h 00 devant le mairie de Saint-Dizier avec dépôt de motion au député-maire Cornut-Gentil.

Le 11 janvier 2013, le patronat et les organisations syndicales CFDT-CFTC-CGC ont signé un accord qui marque une très grave régression des droits sociaux pour tous les salariés du secteur privé.

Si cet accord était légalisé, il imposerait par le chantage à l’emploi :
- la baisse des salaires jusqu’au niveau du SMIC pendant deux ans ;
- la mobilité forcée comme chez Renault ;
- les horaires infernaux et la surexploitation.

Cet accord légalisé :
- supprimerait tous les droits des salariés face aux licenciements et imposerait entreprise par entreprise des accords compétitivité/emploi ;
- individualiserait les droits des chômeurs en préparant la liquidation de l’UNEDIC ;
- ouvrirait le marché de la prévoyance aux assurances privées.

Cet accord légalisé :
- imposerait aussi le CDI intermittent rendant les salariés captifs de l’intérim ;
- priverait les salariés de tout recours sérieux devant les Prud’hommes et limiterait le montant des indemnités pour préjudices subis ;
- réduirait les droits des représentants du personnel en imposant un « secret entreprise », en limitant le droit de recours aux expertises (CE et CHSCT).

Aujourd’hui encore, les salariés du public comme du privé ont des droits garantis par des normes collectives, conventions collectives pour le privé et statuts pour le public.

Demain, si cet accord devait être transposé dans la loi, le patron fera « sa loi » au sein de l’entreprise, pourra baisser les salaires, augmenter le temps de travail et licencier comme il veut.

Pour qu’un mauvais accord ne devienne pas une mauvaise loi faisons-nous entendre et respecter !

Tous dans l’action le 5 mars 2013 !

Tous au rassemblement à Saint-Dizier

à 17 h 00 devant la mairie

Pour mesurer votre connaissance des dangers de cet accord en répondant au Quizz de l’UDFO35 http://udfo35.pagesperso-orange.fr/actualite.html

Tract FO52 action du 5 mars 2013
Affiche ludique sur contenu de l’accord sur la compétitivité et flexibilité