29 FEVRIER 2012 : JOURNEE D’ACTION EUROPENNE CONTRE L’AUSTERITE

, par udfo52

FORCE OUVRIERE s’inscrit dans la journée d’action européenne du 29 février 2012 contre l’austérité et exige une politique basée sur l’emploi et la justice sociale.

Cependant, FORCE OUVRIERE ne s’associera pas aux manifestations voulues par la CGT car ses dirigeants ont décidé de s’inscrire dans la campagne électorale présidentielle en commençant à donner des consignes de vote. Ce n’est pas notre façon de concevoir le syndicalisme libre et indépendant. En matière d’élections politiques, nous n’avons pas à nous ériger en directeur de conscience. Les salariés voteront dans le secret de l’isoloir en tant que citoyens majeurs.

La Confédération Européenne des Syndicats (CES )appelle à une journée d’action contre les plans d’austérité le 29 février 2012.

Des initiatives auront lieu de manière diverse dans les différents pays. En France, FORCE OUVRIERE s’inscrit dans cette journée pour contester l’austérité et exiger une politique basée sur l’emploi et la justice sociale.

Après le sommet européen de début décembre 2011, le sommet du 30 janvier a confirmé la volonté d’encrer la construction européenne dans une logique d’orthodoxie budgétaire et d’austérité.

Sous la pression du gouvernement allemand, les pays européens, dont le gouvernement français, acceptent la trajectoire de réduction accentuée des déficits publics pour la mise en œuvre de programmes d’austérité. Et puisque la confiance ne règne pas, il faut s’assurer que les trajectoires seront bien respectées en inscrivant dans chaque pays – de manière constitutionnelle ou quasi constitutionnelle – la fameuse règle d’or.

L’austérité acquiert ainsi une valeur constitutionnelle, l’emploi, les salaires, les conditions de travail et de vie étant de plus en plus les variables d’ajustement de politiques économiques rigides destinées à satisfaire les rentiers. En d’autres termes, l’austérité est préférée à la vie des peuples.

C’est une logique suicidaire au plan économique, social et démocratique.

Aucune leçon n’a encore été tirée quant aux erreurs et mensonges manifestes sur les modalités de la constitution européenne. Tout se passe comme si, tout en reconnaissant que les modalités de la mise en place de l’euro étaient mauvaises, on considère aujourd’hui qu’on n’a pas d’autre choix que de continuer les mêmes erreurs.

Il ne s’agit pas de remettre en cause l’euro mais de remettre la monnaie à sa place : celle d’un instrument au service d’une politique économique et sociale de progrès.

Il est grand temps que l’union européenne se mette au service des travailleurs et du progrès social. Cela suppose effectivement de rompre avec les modalités actuelles de la construction européenne.

L’inscription dans le marbre (règle d’or) de l’austérité ne peut que conduire à la récession, au chômage, à l’accroissement des inégalités et à la remise en cause possible de la démocratie.

C’est pourquoi FORCE OUVRIERE s’inscrit dans la journée d’action européenne du 29 février 2012. Cependant, FORCE OUVRIERE ne s’associera pas aux manifestations voulues par la CGT car ses dirigeants ont décidé de s’inscrire dans la campagne électorale présidentielle en commençant à donner des consignes de vote. Ce n’est pas notre façon de concevoir le syndicalisme libre et indépendant. En matière d’élections politiques, nous n’avons pas à nous ériger en directeur de conscience. Les salariés voteront dans le secret de l’isoloir en tant que citoyens majeurs.

FORCE OUVRIERE reste sur le terrain syndical, celui de la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs, quels que soient les employeurs et le gouvernement. En démocratie, cela exige l’indépendance syndicale.

Le 29 février 2012 FO distribuera des tracts et enverra une délégation à Bruxelles. Par ailleurs, nous rendrons publique la lettre argumentaire dont vous trouverez ci-après une copie.

Austérité - Lettre argumentaire FO
Revendications FO au niveau européen